JOEL BAMOGO, PDG YELEN ASSURANCE: “Prenez le pas sur vos rêves…”

JOEL BAMOGO, PDG YELEN ASSURANCE: “Prenez le pas sur vos rêves…”

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs, s’il vous plait ?

Je suis Joel Bamogo. Je suis un entrepreneur. J’essaie de mettre à profit mon expérience humaine et relationnelle acquise au fil de mes expériences passées pour résoudre les problèmes sociaux. Je me penche plus sur des projets concernant l’énergie, la technologie et le service financier

Quel a été votre parcours universitaire ?

Par rapport à mon cursus universitaire, j’ai fait les classes préparatoires au Maroc pour à la suite intégrer l’Ecole Centrale de Paris pour un diplôme d’ingénieur généraliste avec une spécialisation en Mathématiques appliquées et en Finance. J’ai également un MBA en entreprenariat aux États-Unis.

Que pouvez-vous dire par rapport à votre expérience professionnelle ?

 Au début de ma carrière j’ai travaillé dans l’énergie aux États-Unis, ensuite dans la technologie. Puis, je me suis lancé dans le domaine des marchés financiers en Europe et récemment, c’est-à-dire les 13 dernières années de ma carrière, je les ai consacrées à l’assurance au BERMUD.

Pourquoi le choix de ce projet et pourquoi au Burkina Faso ?

      On part d’un certain nombre de problèmes sociaux, surtout contextuels en Afrique et dans la zone UEMOA. Nous avons 3% de pénétration en assurance, 97% des populations n’ont pas d’assurance personnelle. Cela révèle un véritable problème de développement. Nous avons considéré que c’est un élément important à apprécier et du coup nous nous sommes lancés dans ce projet d’assurance pour résoudre ce problème pour 97% des populations dans la région.

Le projet a été pensé pour être un projet régional, c’est-à-dire dans la zone UEMOA. Par contre, le constat est que l’assurance reste un marché assez fragmenté. Bien que l’on ait un régulateur commun, il ne permet pas d’abord d’avoir un marché commun.

Par ailleurs, il s’est avéré opportun de choisir un ancrage pour commencer le projet par une plateforme pilote. Pour nous, c’était plus simple de commencer par le Burkina Faso. Lorsque l’on lance une startup, il y a tellement d’incertitudes. Mais le Burkina nous permettait d’écarter certaines incertitudes qui étaient liées à l’environnement culturel, économique, à l’environnement de la règlementation.

Que pensez-vous du climat des affaires au Burkina Faso ?

Je pense qu’il faut remettre ce contexte dans le temps. Aujourd’hui nous sommes dans une situation ou les choses évoluent relativement lentement. L’une des raisons qui pourrait expliquer cette problématique, pourrait être l’environnement sécuritaire. Les investissements se font plutôt attendre. Ce qui fait que l’activité générale baisse. Dans cette situation, nous nous devons de multiplier nos efforts. Donc l’activité économique continue bien qu’elle soit plus lente que ce que l’on espérait. Par ailleurs, nous espérons qu’avec le concours des politiques, la situation va aller en s’améliorant pour permettre à l’activité économique de repartir avec un élan plus fort.

 Un autre fait très important à souligner c’est la forte part des marchés public de l’État dans l’environnement économique. C’est quand même différent de ce qu’on pourrait voir ailleurs où le secteur privé serait porteur des projets les plus importants.

Comment se porte Yeleen Assurance après quelques mois de fonctionnement ?

 Yeleen Assurance est encore très jeune. Nous sommes toujours dans la mise en place. Nous avons commencé les opérations au mois d’Octobre dernier. Nous avons derrière nous six 06 mois de production avec 4000 clients qui nous ont fait confiance. Le projet commence à décoller et à raisonner dans le climat économique au Burkina. Nous ne sommes pas encore là où nous voulons être par rapport à nos ambitions, parce que nos ambitions c’est de toucher une grande partie de la population. Mais les premiers moments d’adaptation nous encouragent dans la continuité.

Quel message pour la jeunesse burkinabè ?

Pour les jeunes, je leur dirais principalement, d’oser entreprendre, embrasser le risque d’entreprendre. Aujourd’hui la jeunesse burkinabè a accès à tout. Les barrières à l’éducation ne sont plus ce qu’elles étaient avant.  Nous avons accès à des programmes éducationnels en ligne.

Il ne faut jamais arrêter d’apprendre quel que soit votre niveau. Vous verrez que chaque fois que vous apprenez, il y a des barrières qui tombent et qui vous permettent de mieux avancer. Je vous encourage à continuer de rêver, et surtout d’avoir le courage de prendre le pas sur ces rêves. Bon courage et j’espère que chacun trouvera sa voix dans ses outils qui sont de plus en plus disponible.

Mood Burkina

One thought on “JOEL BAMOGO, PDG YELEN ASSURANCE: “Prenez le pas sur vos rêves…”

Les commentaires sont fermés.